mercredi 11 février 2015

Droit de réponse à l'article paru dans l'Est Républicain du 10 février 2015 "Marine n'a pas l'étoffe d'un chef" sous la signature d'Antoine Petry

Oui le Front National a un chef, oui le Front National a des idées et les défend. Oui le Front National répond aux attentes de nos concitoyens, le résultat de notre amie Sophie Montel , seule contre tous, dimanche dernier dans le Doubs en est le témoignage.
Jean Luc Manoury a passé treize ans à mes côtés au sein du Front National. Il peut témoigner de la décision collégiale à laquelle il a toujours participé lors de nos travaux au Conseil Régional de Lorraine notamment. Je l'avais d'ailleurs nommé vice-président de notre groupe, ce qui rend plus amères ses critiques.
Aujourd'hui son reniement s'exprime de façon violente et haineuse envers celles et ceux avec qui il a travaillé si longtemps. Treize ans pour se rendre compte que l'on s'est trompé c'est bien long …
Quant aux motifs invoqués ils relèvent plus de l'anecdote que de faits graves. Tous les partis politiques sans exception demandent à leurs élus une contribution mensuelle représentant un pourcentage de leur indemnité de mandat. Tous les élus de notre groupe au Conseil Régional s'acquittent de cette cotisation, pourquoi en serait-il exonéré ? Pour faire un parallèle, peut-on devenir président d'une association  où l'on refuse de payer sa cotisation depuis plusieurs mois ? Non, c'est en raison de ce refus que Jean Lus Manoury n'a pas été investi sur le canton de Pont à Mousson.
Concernant le rassemblement parisien "Je suis Charlie", Marine le Pen n'a pas pu participer au rassemblement. La volonté des hommes politiques de gauche comme de droite, dont le nouveau "chef" de Jean Luc Manoury, Nicolas Dupont-Aignan, ont refusé en bloc sa présence. Ayant invité les français à être présents dans les rassemblements d'homage partout où il y en avait, elle a cependant manifesté sa solidarité dans la ville de Beaucaire, loin du tumulte médiatique parisien où certains, de droite comme de gauche, n'ont pas hésité à jouer des coudes pour se faire voir plutôt que par réelle compassion. De mon côté, je me suis rendu avec Florian Philippot et mes collègues conseillers régionaux au rassemblement organisé à Metz.
 
Enfin concernant le dossier de Vandières, notre groupe était fermement opposé à cette consultation inutile et surtout couteuse pour le contribuable lorrain. Dépenser plus de 300 000€ pour un désastre annoncé nous apparaît comme indécent à l'heure où nous devons tous faire des sacrifices.
Jean Luc Manoury se trompe aussi concernant Marine le Pen. Avoir l'étoffe d'un chef, c'est aller au-devant de ses troupes, seuls contre tous, défendre avec conviction et pédagogie malgré les écueils et semés au gré du chemin. L'ancien militaire qu'il est devrait se souvenir de ce qu'est un chef. Toujours est-il que pour l'ensemble des français s'il est bien un "chef" qui se distingue en politique, il s'agit bien de Marine le Pen.

Aujourd'hui le divorce est consommé. Le travail de nos élus continue car la vie ne s'est pas arrêtée avec son départ. Nous avons des élections à préparer chacun de notre côté désormais. L'électeur sera seul juge, car lui seul dans le secret de l'isoloir choisit celles et ceux qu'il estime les plus aptes à assurer l'avenir de nos territoires.
Je conclurai en citant La Rochefoucauld qui disait fort justement que "l'on trahit plus souvent par faiblesse que par désir de nuire". Bien que dans le cas de Jean Luc Manoury, au vu de ses propos et de son attitude, j'avoue que le doute est permis.
J'ajouterai pour conclure qu'il n'y a pas de "son de cloche" différent entre Dominique Bilde et moi-même, comme l'affirme l'Est Républicain. Nous carillonnons du même timbre. Elle a hérité en Meurthe et Moselle d'une situation très compliquée du fait des manœuvres de Jean Luc Manoury et de ses amis. Aujourd'hui grâce au travail remarquable effectué par Dominique Bilde et sa nouvelle équipe la fédération est plus forte que jamais. D'ailleurs Jean Marie le Pen vient en témoigner ce soir à Lunéville, en venant apporter son soutien aux candidats investis par Dominique Bilde pour les prochaines élections départementales qui sonneront le glas des ambitions personnelles de celles et ceux qui renient ce qu'ils disent avoir faussement aimé.

Thierry Gourlot                                                                                                                           
Président du Groupe Front National au Conseil Régional de Lorraine
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire