mardi 3 février 2015

Intervention de Dominique au Conseil Régional - Budget 2015

Séance Plénière des 29 et 30 janvier 2015
Intervention de Dominique Bilde sur le budget 2015
 
Monsieur le Président, mes chers collègues,
 
"Charles Dollfus disait : " Equilibrer son budget, c'est élever ses recettes au niveau de ses dépenses, ou bien abaisser ses dépenses au niveau de ses recettes. Pour équilibrer son esprit, il faut élever ses facultés à la hauteur de ses désirs ou bien ramener ses désirs au niveau de ses facultés."
 
Certes, à la lecture de ce budget 2015 vous ne réussissez ni l'un ni l'autre. Les désirs des lorrains sont bien loin d'être exaucés et vos facultés à faire les bons choix sont loin d'être probantes.
 
Vous nous dites bien sûr que votre budget est très équilibré voire même en hausse par rapport à l'exercice précédent… mais ne nous y trompons pas, Monsieur le Président, cette hausse artificielle de 1.7% n'est uniquement due qu'à l'augmentation des crédits européens supplémentaires qui nous sont attribués dans le cadre du FEDER-FSE et du FEADER, car faute de quoi nous nous inscririons dans une baisse de 0.6%
 
Et ne nous réjouissons pas plus de cette manne financière providentielle pour votre budget, car elle n'est là que pour aider une des six plus mauvaises régions de France en terme de compétitivité et d'efficacité ! Nous nous passerions bien de cet humiliant honneur qui nous est fait.
 
Si l'on considère les baisses d'autorisations de programmes ou d'engagement constatées entre 2014 et 2015, on remarque des baisses colossales :
 
Au titre de l'objectif "stratégique" d'efficacité économique en autorisations de programme :
·        Baisse de 50% du budget de l'innovation,
·        Baisse de 10% dans le domaine de l'agriculture des forêts et des industries agro-alimentaires,
·        Baisse de 16.9% dans l'accompagnement et le développement des entreprises,
·        Baisse de 9% concernant l'économie touristique,
 
En ce qui concerne les autorisations d'engagement :
·        -63.3% pour l'innovation,
·        -38.6% pour l'agriculture les forêts et les industries agroalimentaires,
·        -14.1%  pour l'accompagnement et le développement des entreprises,
·        -15.6% pour l'économie touristique…
 
 
Concernant l'objectif "stratégique" développement durable et transition énergétique, là aussi les pourcentages de baisse de budget sont légion. Tant en autorisation de programmes que d'autorisations d'engagement :
 
·        -19.3% de baisse des autorisations de programme en matière d'écologie, alors que les autorisations d'engagement sont elle aussi en baisse de 9.2%
 
Ensuite à la lecture des variations d'autorisations de programme dans l'objectif "stratégique" de dynamique des territoires, nous pénétrons sans ménagement dans les abîmes de la baisse des investissements.
·        -83.4% pour ce qui concerne la mobilité pourtant essentielle au développement de notre région. Vous avez beau rétorquer que le CPER (Contrat de Plan Etat Région), va se substituer à cette réduction, ce vieux serpent de mer sans cesse reporté par vos amis du gouvernement ne montre toujours pas le bout de son nez, comme il est désormais habituel en Hollandie.
 
Et enfin on touche le fond…avant de creuser au lieu de rebondir, concernant les autorisations de programme de l'objectif "stratégique" formation professionnelle.
·        -34.8% concernant l'apprentissage
·        -73.3% concernant l'immobilier lié à la formation…
Que dire de plus, les chiffres hélas parlent d'eux même …
 
Globalement les autorisations de programme sont en baisse de 28%, avec un fort impact dans ce qui fait l'ADN de la Région : la mobilité et la formation.
 
A la lecture de ces chiffres, on se demande dans quelle situation nous serions sans cette manne financière venue de Bruxelles. Malgré tout maigre contribution au vu de la générosité du contribuable français, donc lorrain, envers le "banquier" européen.
 
Dans le domaine des dépenses, on remarque une baisse de 0.5% mais là aussi en regardant dans le détail les dépenses d'investissement sont les plus impactées avec une baisse de 11.8% dont 75% proviennent des baisses d'investissements dans les transports. Par contre les dépenses de fonctionnement enregistrent une fois de plus une hausse de 4.8%.
 
Cependant la baisse des dépenses de communication (-21%) commence timidement à s'amorcer de même que les dépenses protocolaires (-10.9%). Espérons qu'une décision modificative ne viendra pas contrer ces économies que nous réclamons à longueur de mandat et lors de l'examen de chaque budget.
 
De même vous constatez l'effet positif de la renégociation de certains contrats concernant les moyens généraux (-13.4%), gageons que d'autres contrats puissent être renégociés avec le même effet que pour les loyers du boulevard de Trèves et de Sainte Barbe
 
A tout cela correspond bien entendu un volet emprunt, auquel nous ne pouvons échapper, et qui ne passe pas inaperçu puisqu'il est en hausse de 9 millions d'euros par rapport au budget 2014, soit 79 million d'euros.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                
 
Ce qui est inquiétant, dans votre démarche, c'est que de plus en plus vous avez recours à des Partenariats Public-Privé, qui certes réduisent votre recours à l'emprunt immédiat, mais génèrent de lourdes charges sur des durées très longues, et qui de plus font perdre à l'institution régionale sa marge de manœuvre et sa maîtrise dans les chantiers délégués. 
 
Ainsi le montant total des emprunts comme nous le prédisions l'an passé, rattrape le budget de notre institution qui enregistre désormais une dette de 986 millions d'euros !!!
 
Même si la part d'emprunts à taux fixes est globalement satisfaisante, il est cependant à remarquer que sur les 70 millions d'emprunt de l'exercice en cours 40 millions d'euros ont été souscrit à taux variable, ce qui n'est pas un bon signal dans la conjoncture actuelle économiquement très incertaine. Il est quelquefois difficile de chasser les vieux démons !
 
Avec une telle comptabilité, dans quel état allez-vous laisser notre région  alors que vos amis ministres, députés et sénateurs socialistes ne cessent de vouloir faire des économies à tout prix sur le dos de nos collectivités territoriales, afin de  compenser leur incompétence à les gérer correctement.   
 
J'ajouterai pour conclure cette analyse de ce budget, qui est le vôtre et celui de votre majorité, en commentant l'incidence des fonds européens sur ce dernier.
 
Je passerai rapidement sur le FEADER qui techniquement ne s'inscrit pas dans ce projet de budget 2015, non sans vous rappeler votre rôle de pompier de service que vous allez jouer avec le monde agricole rudement malmené par vos amis du gouvernement et des différents parlements.
 
Ce double langage tenu dans cette assemblée où sur le territoire lorrain est en totale contradiction avec les lois ruralicides prises à Paris ou ailleurs par vos amis.
 
Je ne m'étendrai pas d'avantage sur ces remarques qui ont été longuement abordée par mon collègue Thierry Gourlot lors du Débat d'Orientation budgétaire du mois dernier. Je souhaitais juste le rappeler à votre bon souvenir.
Concernant l'utilisation du FEDER, vous mettez en priorité votre côté "écolo-compatible", on ne sait jamais, il ne faut pas fâcher les amis….
 
Certes cela est louable, mais ne consacrer que 17% de l'enveloppe pour améliorer la compétitivité des entreprises, cela par contre ne l'est pas du tout.
 
Notre région vit et vivra par le développement et le maintien de notre tissu industriel artisanal touristique. Aujourd'hui cela est de plus en plus difficile en raison de la mondialisation à outrance qui touche jusqu'aux petites PME de notre région et d'ailleurs.
 
Un effort plus conséquent aurait été judicieux afin d'assurer la pérennité de celles et ceux qui assurent un avenir aux lorrains.
 
Quant à l'axe interrégional Massif des Vosges, il s'agit plus dans votre projet de budget d'une aumône plutôt que d'un véritable plan de soutien pour un territoire en devenir qui concentre un fort potentiel de richesses pour une autre forme de développement de notre région.
 
Enfin, au sujet du FSE, le fléchage massif vers "l'école de la deuxième chance"  nous interpelle une fois de plus car nous n'avons pas ou très peu de lisibilité sur ce dispositif qui mobilise près de 25% de l'enveloppe FSE.
 
Que deviennent les bénéficiaires, combien parmi ceux-ci saisissent leur deuxième chance, ne s'agit-il pas d'un dispositif supplémentaire surévalué et surestimé qui en fait est plus "l'école du deuxième échec" plutôt que de la deuxième chance ?
 
Autant d'interrogations légitimes en l'absence de données de suivi précises d'évaluation.
 
En conclusion, Monsieur le président, vous employez le mot "stratégique" à tout bout de champ dans vos tableaux et documents relatifs à votre budget et celui de votre majorité.
 
Si votre stratégie est de compter sur l'assistanat de quelque institution pour boucler votre budget, effectivement c'est le reflet d'un immobilisme qui tôt ou tard nous mènera à la faillite dont nous ne sommes plus très loin, hélas.
 
Vous me rappelez la phrase de Margaret Thatcher qui fort justement disait que :"Le problème avec le socialisme, c'est que tôt ou tard vous êtes à court de l'argent des autres".
 
Dans une région comme la nôtre qui perd 600 emplois par mois, les lorrains sont en droit d'attendre plus d'ardeur dans votre budget qui manque nettement d'ambition pour la lorraine et ses habitants.
 
Alors que les régions qui vont nous rejoindre, ou plutôt que nous allons rejoindre, travaillent déjà sur l'après fusion, nous sommes inquiets de vous entendre dire devant le CESEL que le débat aura lieu en 2016 !
 
Cette affirmation nous fait peur, pour les lorraines et les lorrains, pour l'identité de notre région, pour l'autorité que vous pourriez avoir dans ce nouveau dispositif, pour votre capacité à gérer une situation sinon de crise mais tout au moins tendue dans ce schéma de regroupement régional.
 
2015 est une année charnière pour l'avenir et le devenir de notre région, votre budget ne l'exprime en aucune façon. Il est statique, immobile à l'image du navigateur résigné que vous êtes sur une mer d'huile, sans vent, sans cap, ne voyant pas la tempête arriver au loin.
 
Je vous remercie.
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire