mercredi 8 juin 2016

SAFER, ça commence à bien faire !

Communiqué de Philippe Loiseau et Dominique Bilde, Représentants français au Parlement Européen

A quoi servent aujourd’hui les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (SAFER) ? La question mérite d’être posée, même si elle l’est pour la énième fois. Elles peuvent exercer un droit de préemption sur des ventes de terrains agricoles, lorsqu’elles jugent que le prix de vente est supérieur à la valeur réelle du terrain. 

Est-il utile de rappeler que les SAFER sont des sociétés privées sous tutelle de l’État ? Qu’elles ont été créées pour remplir une mission d’intérêt général, à savoir l’installation – ou l’agrandissement des exploitations – des  agriculteurs ?

Nous en sommes loin ! En Lorraine, la SAFER préempte une vente de terrain en en proposant un prix bien inférieur. Puis, elle revend elle-même ce terrain à un autre acquéreur, au prix qu’elle a jugé initialement trop élevé ! Touchant au passage une commission sur la revente…

Comme l’a pointé le rapport 2013 de la Cour des comptes, les SAFER ont « perdu de vue les missions d’intérêt général dont elles étaient investies ». Dont celle, notamment, d’aider les jeunes agriculteurs.

Ce scandale doit cesser ! Les agriculteurs souffrent déjà assez en 2016. Ils n’ont sûrement pas besoin de voir un organisme, sous le contrôle de l’État, spolier leurs terrains, leurs transactions, et pour certains, leur avenir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire