jeudi 22 septembre 2016

Insécurité à Nancy : cela n’a que trop duré !


Lettre ouverte à Monsieur le Maire de Nancy et à Monsieur le Préfet de Meurthe-et-Moselle 

La Ville de Nancy est touchée depuis plusieurs années par une insécurité grandissante qui ne semble pas être la principale préoccupation des élus du territoire de la métropole

En effet, il ne se passe pas une semaine sans que des faits de violences soient relatés dans la presse, allant des viols d’étudiantes par des étrangers en situation irrégulières au dernier drame qui a touché un lycéen vosgien de passage à Nancy. Ces faits sont tout simplement inacceptables ! 

Où est passée Nancy, la ville étudiante dans laquelle il faisait bon vivre, dans laquelle on pouvait sortir le soir sans se faire agresser ?

Nous constatons que suite à la vague d’agressions qui avait touché un nombre importants de noctambules nancéiens il y a quelques années, une brigade de nuit de la police Municipale a été créée. Cette brigade n’est pas efficace. En effet, elle n’est pas armée et termine son service à 3h. Or, comme pour le nuage de Tchernobyl qui ne s’était pas arrêté à la frontière française, l’insécurité ne s’arrête pas à 3h du matin et on sait pertinemment que des débordements ont souvent lieu encore entre 3h et 6h.

Lors de sa rentrée politique, Mr le Maire, Laurent Hénart, indiquait que sa priorité était la montée du Front National. La sécurité de ces concitoyens passerait-elle donc au second plan derrière des calculs politiciens ? Nous ne pouvons le croire…

Cette situation doit amener les élus et le préfet à prendre des décisions urgentes pour endiguer ce phénomène. C’est pourquoi, nous exigeons une augmentation des effectifs de la Police Municipale et Nationale, un renforcement des rondes dans le centre-ville la nuit et en particulier entre 3h et 6h du matin, l’armement la Police Municipale, l’augmentation du nombre de caméras de vidéo-protection et l’exploitation de celles du PC circulation du Grand Nancy et l’application  d’une politique de tolérance zéro.

Il faut en finir avec le laxisme d’Etat où des délinquants peuvent être interpellés plusieurs fois par semaine sans être inquiété par la Justice comme cela est constaté de manière régulière en France et à Nancy. Seule une politique de fermeté en termes de sécurité pourra apaiser Nancy et lui rendre son statut de ville paisible où il fait bon vivre ! La sécurité étant la première des libertés, sans actions concrètes, le développement économique, le tourisme et l’attractivité de nos territoires n’en seront que plus touchés.

Les élus régionaux Front National :
Jordan Grosse-Cruciani, Dominique Bilde, Pascal Bauche, Grégoire Eury, Jennifer Stephany

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire