lundi 3 octobre 2016

Communiqué : Quand RESF se soucie plus des déboutés du droit d’asile que des Français pauvres


À Nancy, devant l’école de la Fontaine, avenue Pinchard, des militantes du Réseau éducation sans frontière (RESF) distribuaient des tracts cette semaine. Elles estiment que les enfants des familles déboutées du droit d’asile ne mangeraient pas à leur faim. Comme d’habitude, l’objectif n’est pas simplement d’aider des enfants, ce que nous sommes évidemment prêts à faire, mais bien de chercher par tous les moyens à faire devenir Français des gens qui n’ont pas vocation à l’être.

Pour s’en convaincre, il suffit de lire entre les lignes les déclarations de Vicky Rebuschi, membre de RESF : « Nous ne les connaissons pas toutes mais parmi celles que nous connaissons, les enfants parlent français comme de petits Français. Certains parents ont des promesses d’embauche. S’ils étaient régularisés, ils pourraient payer leurs impôts et leurs cotisations et ils pourraient quitter leur hébergement d’urgence ». En filigrane, la volonté d’accueillir tout le monde en France, y compris et surtout des clandestins ou des déboutés du droit d’asile.



D’ailleurs, les témoignages rapportés par l’Est Républicain, de personnalités n’appartenant pas à RESF, ne font pas état d’enfants malnutris… Tout cela est gros comme une maison : RESF veut nous faire culpabiliser pour obtenir en Meurthe-et-Moselle des régularisations massives d’immigrés économiques qui devraient être expulsés. Il est précisé que les personnes visées viennent, soi-disant, de pays sûrs (Albanie, Arménie, Kosovo) et ont refusé les dispositifs d’aide au retour volontaire proposés par l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration (OFII).


Nos capacités d’accueil sont très largement saturées, dans notre département comme dans le reste de la France. Ne nous laissons pas embobiner par des ONG et des associations qui travaillent à la submersion de la France par l’immigration de peuplement.

Mme Dominique Bilde
Secrétaire Départementale du FN54
Député Français au Parlement Européen

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire