mardi 17 octobre 2017

Bravo à nos alliés du FPÖ !


Nos alliés du FPÖ sont aux portes du gouvernement. Avec 27,4 % des suffrages exprimés pour 53 sièges, le mouvement emmené par Heinz-Christian Strache devance le SPÖ qui a enregistré un score de 26,7 % des voix pour 52 sièges, mais s’incline face à l’ÖVP et ses 31,4 % pour 61 élus. Au terme d’une campagne marquée par plusieurs scandales, la droite autrichienne l’a largement emporté. Car, Sebastian Kurz est aussi un homme de droite, ancien ministre des Affaires étrangères de 31 ans qui s’était fermement opposé à Angela Merkel, à laquelle il avait demandé la possibilité de fermer les frontières et le plafonnement du nombre de réfugiés accueillis. Auparavant, en tant que secrétaire d’Etat à l’Intégration, il avait notamment prôné l’interdiction du financement étranger des mosquées ou l’exigence faite aux imams de parler allemand durant leurs prêches, se montrant inquiet des conséquences de l’immigration de masse.

Une coalition gouvernementale entre l’ÖVP et le FPÖ est une hypothèse désormais très crédible, souhaitée par une majorité du corps électoral autrichien. Nous pouvons en tirer quelques enseignements. D’abord, la droite autrichienne est plus intelligente que la droite française, capable de travailler avec les patriotes du FPÖ pour le bien et l’intérêt du pays. Ensuite, une telle configuration pourrait rebattre les cartes en Europe, l’Autriche pouvant se rapprocher de plus en plus des pays du cercle de Visegrad, qui entendent réformer l’Union européenne dans le bon sens, sans toutefois menacer de la détruire. Avec l’Autriche en renfort, les pays d’Europe centrale pourraient véritablement peser face à l’Allemagne de Merkel et aux eurocrates, impulser d’autres politiques : celles que nous demandons aussi au Parlement européen dans le cadre du groupe Europe des Nations et des Libertés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire