mercredi 31 janvier 2018

Services publics en Moselle : quand l’État capitule face à la racaille !

Communiqué de presse de Dominique Bilde

C’est sur fond d’inquiétudes liées à la sécurité que la trésorerie de Vigy a cessé, depuis le 1er janvier, d’accepter les liquidités. Pour utiliser ce moyen de paiement, il faudra donc désormais parcourir 20 kilomètres, jusqu’à Maizières-lès-Metz. Cette « expérimentation », décriée par les élus et les habitants, fait écho au déménagement du centre des finances publiques d’Algrange dans la ville plus sûre d’Hayange, gérée par le Maire Front National Fabien Engelmann.

Attaque à la batte de baseball, agressions et intimidations: les « incivilités » qui ponctuent le quotidien des agents d’Algrange attestent de la détérioration des conditions de travail des fonctionnaires, dont 48 % affirmaient ce mois-ci avoir déjà été victimes d’insultes ou de menaces[1]. Elle précipite également le désengagement de l’État des zones rurales, où 400 centres des finances publiques, quelques 800 Centres d’Incendies et de Secours et d’innombrables petits hôpitaux ont mis la clef sous la porte depuis 2009.

Les citoyens les plus modestes, déjà frappés de plein fouet par la hausse des carburants, sont les premiers laissés-pour-compte de cette désertification et de cette capitulation de l’État, qui menace de laisser sombrer dans le non-droit des pans entiers de notre territoire. Le Front National appelle quant à lui la restauration de l’égalité d’accès au service public par la mise en place d’un bouclier rural et au retour de l’autorité d’État, afin que les Français les plus vulnérables retrouvent foi en la République.




[1] Au cours des cinq dernières années. Sondage OpinionWay Horoquatz (9/01/2018) : https://www.opinion-way.com/fr/mediatheque/infographies.html
   

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire