samedi 14 octobre 2017

Fiscalité en Moselle : le matraquage continue.


Voilà un record dont les propriétaires messins se seraient bien passés : la Moselle et Metz font à nouveau la course en tête de l’augmentation de taux fonciers, avec respectivement 10,47 % et 4,45%[1]. Une hausse qui s’ajoute aux 91,7 % d’augmentation entérinés l’année dernière par Metz Métropole[2].

Si la métropole comme la commune et le département se défaussent sur la baisse des dotations de l’État[3], les dépenses sociales et les frais de fonctionnement se taillent toujours la part du lion des budgets 2017[4]. Et le sens des priorités n’est pas toujours au rendez-vous : avec un Mosellan sur sept sous le seuil de pauvreté[5], la municipalité a cru bon de mettre sur les rails fin 2016 un projet d’hébergement 16 familles roms pour la modique somme de 150 000 euros !

Si le Front National condamne le transfert de compétences de l’État sans moyens financiers, il appelle également à une baisse drastique des dépenses de fonctionnement et au gel des financements sociaux destinés aux non-nationaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire