mercredi 8 novembre 2017

Liberté de la presse et corruption d’Etat: Dominique Bilde interpelle la Commission sur l’assassinat de la journaliste maltaise.



Le 16 octobre 2017, la journaliste Daphne Caruana Galizia était sauvagement assassinée dans l’explosion de son véhicule à Malte.
Ce crime d’une violence extrême souligne les profondes lacunes de la liberté de la presse en Europe. Madame Caruana Galizia était, en effet, à l’origine de révélations impliquant certains éminents hommes d’Etats maltais dans des affaires présumées de blanchiment d’argent.
Le 2 novembre 2017, huit organes de presse ont appelé, en vain, la Commission européenne à diligenter d’urgence une enquête indépendante sur ce crime.[1]
S’agissant d’une atteinte aussi grave à la liberté de la presse, la Commission doit prendre ses responsabilités. J’ai donc exigé que lumière soit faite sur cette affaire ainsi que sur toute interférence avec la présidence maltaise du Conseil de l’Union européenne, laquelle mentionnait la « lutte contre le blanchiment d’argent » parmi ses priorités[2].

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire